Le tatouage sur les bras, pourquoi c’est dépassé !

Le tatouage, c’est viril et sexy. Les filles adorent les beaux gosses tatoués… ou, du moins, tatoués avec parcimonie et à bon escient. Trop de tatouage tue le tatouage ; et un tatouage mal placé dessert son hôte… Tel est d’ailleurs le cas du tatouage sur le bras, ringard au possible.

Le tatouage sur le bras, mauvais genre

Pour commencer, le tatouage sur le bras évoque le tatouage impulsif et peu raffiné des marins ou des prisonniers ; alors que le tatouage est, de nos jours, la manifestation artistique d’un élan amoureux, amical ou philosophique hautement maîtrisé, pleinement réfléchi, savamment peaufiné grâce à la connivence entre le tatoueur et son client.

Le tatouage sur le bras, véritable tue-l’amour

De plus, pour en avoir discuté avec plusieurs copines, je dois bien avouer que le tatouage sur le bras est parfois un poison pour la séduction Contrairement à la fresque polynésienne sur l’épaule, à l’aigle sur l’omoplate ou à la sirène sur le bas‑ventre, il se trouve tellement noyé dans les poils qu’il prend une apparence négligée. Enfin, le tatouage est un trésor intime, un mystère bien protégé sur lequel les filles apprécient de lever le voile dès lors que la relation devient sérieuse : tout le contraire du tatouage que l’on arbore sur le biceps ou l’avant‑bras avec tellement d’indifférence qu’il en perd sa signification première.